Gouverner, c’est prévoir ?

 

Par Philippe de Gonzague

Prévoir qu’il fait beau en été, prévoir que les gens vont à la piscine quand la température grimpe, prévoir que les gens se douchent après un bain chloré, prévoir que l’eau ruisselle et mouille, prévoir que les gens boivent quand il fait chaud … et prévoir donc qu’ils vont devoir  trouver un petit coin pour satisfaire un besoin souvent pressant, prévoir que les sportifs se douchent après l’effort. Rien de bien compliqué, semble-t-il … Et bien, la tâche était encore trop lourde pour nos « pauvres » dirigeants qui ne semblent à l’aise que lorsqu’il s’agit d’augmenter les cotisations.

En effet, le Groupe Lagardère n’avait rien prévu !

C’est dingue ! Il a fait beau en juillet : incroyable ! Et nous avons eu l’outrecuidance de venir à la Croix pour nous prélasser autour des bassins à l’heure de la pause déjeuner. Enfin, pour tenter de le faire, dirais-je. Car le nombre excessif des entrées payantes (vous savez, ceux qui viennent tôt pour profiter de la piscine toute la journée) a empêché un bon nombre de membres de pouvoir trouver une chaise longue pour s’étendre en toute tranquillité. Même désillusion le week-end : premiers arrivés, premiers servis ! Et quand on paye à la journée, on arrive à l’aube !

En août, il a encore fait beau … et nous n’avions plus de vestiaires, seulement 2 toilettes  pour l’ensemble des baigneurs et baigneuses, soient plus de 1500 personnes et une poignée de douches où il n’est pas possible de régler la température (fermez les yeux, pensez à une piscine municipale des années 70 … Voilà, l’image est parfaite, vous êtes au très select Lagardère Paris Racing). Résultat : un bon nombre d’enfants et d’adultes ont pris l’habitude de se soulager dans les arbustes. L’impact de ce spectacle affligeant a poussé le LPR a sacrifié la moitié d’un algéco prévu pour les bureaux ! Des toilettes supplémentaires sont en cours d’installation et seront prêtes pour septembre. Ouf !

Ce n’est pas une surprise pour nous – dommage que le LPR ne nous consulte pas – les algécos qui devraient servir de vestiaires piscine sont trop petits. Le nombre de casiers est insuffisant et la surface utile juste ridicule : au-delà de 10/12 personnes présentes, on commence à jouer touche-fesses ou pire … Donc, une fois de plus, pour ne pas avoir prévu que quelques m² ne suffiraient pas à accueillir plusieurs milliers de membres (dingue non ?), des tentes-vestiaires et une tente-consigne (non chauffées et sans douches) ont été installées en toute hâte sur la pelouse qui borde la piscine. Voilà encore une prédiction facile : en cas d’orage ou les lendemains de pluie, il va falloir patauger dans la boue !

Dans les vestiaires du parking, le LPR n’avait pas prévu que l’eau coule et mouille … En l’absence de pommeaux de douche (eh oui ! Il n’y a que des petites buses intégrées dans le mur), d’un rideau de douche et d’un receveur adapté, l’eau inondait le sol, transformant ce parking en piscine couverte. Qu’on donc fait nos dirigeants ? Ils ont tout simplement réduit au minimum la pression pour limiter les projections. Bref, nous devons désormais nous contenter d’un mince filet d’eau type goutte-à-goutte. Je conseille aux plus chevelus d’entre nous d’éviter de se laver les cheveux : le rinçage risque  de prendre plusieurs heures. Sachez-le, désormais la bonne douche bien chaude après l’effort, c’est FINI !

Pour mémoire, au début de l’année, j’ai vu ma cotisation augmenter. Franchement, de qui se moque-t-on ?

Ce contenu a été publié dans Le billet de Gonzague. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Gouverner, c’est prévoir ?

  1. Fk dit :

    Sans oublier la vidange du grand bassin en plein mois d’août !