ABUS ET MESQUINERIE !

Par Patrick Pessis

                                              Mars 2015

 

Chers amis,

Nous sommes tous en colère. Avec raison. L’augmentation des cotisations de 20% est scandaleuse et absurde. N’accablons pas les responsables du site, la faute incombe aux dirigeants du Groupe Lagardère ; double faute mêlant une stratégie calamiteuse pour le LPR et un profond mépris pour ses membres. Mais ne laissons pas la colère l’emporter. Certains dirigeants plaidaient pour une augmentation plus modérée ; suite à des luttes de pouvoirs, ils n’ont pas été écoutés ; la suite leur donnera probablement raison, mais ne nous leurrons pas : pour espérer un revirement, il faudra se battre.

1/ Une augmentation scandaleuse.
Avec l’arrivée du LPR, les cotisations entre 2007 et 2014 ont déjà augmenté d’environ 30%. Les 20% supplémentaires ne font pas 50%, mais s’ajoutant aux 30 déjà établis, nous arrivons presque à 60% de hausse depuis l’ère Lagardère.
– On nous oppose à cela la réussite des travaux du club-house. Certes les travaux seront sans doute une réussite, mais c’est la moindre des choses. Et si l’on tient ce raisonnement, nous les avons déjà payés avec les 30% de hausse de la période 2007-2014.
– Augmenter les cotisations alors que les travaux étaient loin d’être terminés, et cela après un chantier de 18 mois (contre 12 préalablement annoncés), quel mépris !
– La gratuité nouvelle de certaines activités sportives ne justifie en rien la hausse et cela s’assimile à de la vente forcée.
– L’augmentation est encore plus scandaleuse quand on sait que le LPR, ne tenant aucune de ses promesses à la Mairie de Paris, a supprimé toutes les sections sportives, hors le bridge et le tennis.
– Le scandale vaut aussi pour la façon dont LPR gère nos cotisations : le coût de la plaquette ridicule sur le projet du club-house envoyée par courrier à tous les membres, aurait permis de créer deux terrains de tennis en terre battue tout temps.

2/ Une augmentation absurde
Nous sommes au point de rupture.
Rupture amicale entre le LPR et ses clients : comment être amis avec des gens qui vous méprisent !
Rupture économique : les cotisations devenues trop élevées obligent beaucoup de membres à partir ou à se mettre en congé.
Et qu’on ne nous parle pas d’une cotisation à la hauteur des autres clubs autour de Paris, c’est un mensonge : celles du Polo et du Tir aux pigeons sont beaucoup moins élevées.
Dans quel monde vivent les dirigeants du Groupe Lagardère qui s’imaginent qu’une telle hausse n’impacte pas les budgets des familles ? Du haut de l’Olympe n’ont-ils jamais entendu parler de la Crise ? Nous ne sommes pas un Club de milliardaires :
– Les revenus les plus modestes s’en vont.
– Les membres qui venaient peu ne se réinscrivent pas.
– De nombreuses familles n’ont plus les moyens de payer, dès lors elles quittent le LPR ou mettent en congé, au mieux, une partie de leurs membres.
– De plus, avec la Crise, c’est une illusion de croire qu’il y aura assez de nouveaux membres pour pallier les départs.
D’où l’absurdité de cette augmentation : la hausse des cotisations entraînera pour le LPR une baisse de ses revenus.

3/ La mesquinerie du LPR
Deux exemples du mépris du LPR envers ses clients :
– Une personne vient à l’accueil régler sa cotisation ; elle se met en congé ; on lui fait savoir qu’on lui retire une de ses quatre invitations gratuites puisqu’elle en a utilisé une en venant payer. Il a fallu faire un scandale pour qu’on la lui rende.
– De nombreux membres venus se mettre en congé se sont vu demandés une somme supplémentaire lorsqu’ils avaient dépassé, sans le savoir, le quota réservé aux membres en congé pour les jours où ils sont passés au Club entre le 1er janvier et le 15 février 2015. Aucune information claire n’a, en effet, été donnée aux membres sur le fait que le décompte démarrait le 1er janvier et non le 15 février.
Le LPR est-il à ce point en perdition pour se conduire avec une telle mesquinerie ?

4/ Notre riposte.
Le LPR et le Groupe Lagardère ne nous laissent pas le choix. Nous avons demandé à nos avocats d’étudier la possibilité d’une action de groupe, dérivée de la class action américaine, enfin autorisée en France par la loi dite Hamon du 17 mars 2014. Nous vous en reparlerons prochainement.

Voilà. C’est avec regret que nous préparons ces actions : nous l’avons écrit souvent, nous croyons à un avenir heureux pour le LPR à la Croix-Catelan. Encore faudrait-il que le Groupe Lagardère écoute en son sein les avis raisonnables.
Sportivement vôtre,
Patrick Pessis.

Post-Scriptum
Relativisons nos petits soucis face à certains événements de la vie. Ainsi, Amélie Barberis-Bochet, décédée à la fin de l’année dernière, nous manque beaucoup. Amélie contribua à créer SOS Croix-Catelan et, sans elle, notre association n’aurait eu ni le même succès, ni le même visage : Amélie apporta son intelligence, son courage et sa finesse, mais aussi son sourire bienveillant et lumineux, tout cela donnant le ton : la conviction et le sourire. Nous n’oublierons pas Amélie, son charme, ses yeux rieurs, son esprit brillant, son cœur généreux. Nous pensons très fort à sa famille, son mari et ses enfants.

 

Ce contenu a été publié dans Le Président. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.